DE LA MOUCHE DE PECHE A L’ECOLOGIE DES RIVIERES : le Stage annuel de Florac

DE LA MOUCHE DE PECHE A L’ECOLOGIE DES RIVIERES : le Stage annuel de Florac

par François CARTAULT, Vice-Président F.F.P.M.L., Département Environnement.

L’ autre équipement possible du pêcheur à la mouche

C’est en lisant John D. Voelker (« testament d’un pêcheur à la mouche » paru traduit en français chez Gallmeister) que j’ai trouvé la confirmation de mon intime conviction :

L’entomologie nous améliore dans l’exercice de notre sport favori, la pêche à la mouche ! En effet, dans un des derniers chapitres intitulé « la mouche dansante », l’auteur, lassé de ses bredouilles sur la Frenchman’s Pond, remarque une petite « mouche dansante » qu’il envoie au « bon professeur » d’une Université de Nouvelle Angleterre qui la détermine ( « éphéméridé ») en tenant compte de son habitat particulier, les vieux sédiments, avec une eau très froide et absence d’autres espèces…Il lui renvoie ses caractéristiques et des exemplaires d’imitation de cet insecte : avec une bonne animation (décrite dans le livre) l’auteur fera de très jolies pêches….et gagnera les paris engagés !

Depuis 2000, année de sa création, la F.F.P.M.L. s’est dotée d’un département Environnement tout en obtenant, en sus bien entendu de son premier agrément au Ministère de la Jeunesse et des Sports, l’agrément du Ministère de l’Environnement. Elle a créé le Programme « Vigie-Rivière » qui a pour vocation de développer des activités en rapport avec la protection et la défense des écosystèmes aquatiques. C’est dans ce cadre-là, au niveau II du programme que le stage « De la mouche de pêche à l’écologie des cours d’eau : les invertébrés aquatiques et leur habitat » a vu le jour en 2005 à Florac (Lozère) et se renouvelle chaque année à SupAgro (ex C.E.P.) avec Bruno RIGHETTI comme enseignant. Chaque stage dispense les fondamentaux en termes de clefs pour comprendre comment la rivière et son environnement fonctionnent, tout en abordant les choses  différemment d’une fois sur l’autre, avec des angles originaux et en s’appuyant sur des exemples variés. Mais l’idée nous est venue de colorer chaque stage d’une thématique particulière, tout en conservant les lignes directrices du Programme : cette année le thème était très proche des préoccupations directes d’un pêcheur à la mouche que je suis puisqu’il s’agissait de « zoomer » sur le passage fondamental entre la larve âgée et l’imago c’est-à-dire l’insecte adulte (technique d’élevage des larves d’Ephémères). Je vais vous présenter rapidement la structure de ce stage puis vous faire un compte-rendu le plus objectif possible avant de vous donner mes impressions et, au-delà de ce stage, que l’entomologie peut apporter au pêcheur à la mouche.

Depuis 2007 le C.E.P. (Centre d’Expérimentation Pédagogique) de Florac est devenu SupAgro dont l’antenne à Florac  contribue à des missions de gestion durable des territoires et des espaces naturels en lien avec les           autres composants de Montpellier SupAgro, structure réalisant de la formation initiale (licence professionnelle), de l’appui à l’enseignement technique agricole, ainsi que de la formation des adultes, en particulier sur des problématiques en lien avec les territoires et l’environnement. C’est dans ce cadre que se situe le travail sur les rivières et en particulier ce stage avec pour mission de faire du transfert des connaissances scientifiques vers les acteurs. Or, pour les cours d’eau, les pêcheurs constituent des acteurs fondamentaux et former des cadres de la pêche en s’appuyant sur des données scientifiques est bien au cœur des missions de l’établissement.